Le journal

Toute l'actualité de Direct Estimations et du métier de l'expertise

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

La vente des copies de tableaux ou d’objets d’art, quelles sont les règles ?

Qui n’a pas rêvé d’acquérir une toile de maître à un prix accessible? Tandis que les œuvres originales atteignent des prix records en vente privée et en maisons de ventes comme dernièrement le Salvador Mundi de Leonard de Vinci, qui s’est envolé pour la somme de 450,3 millions de dollars chez Christie’s New York en Novembre 2017. Il est tentant d’acheter une copie à un prix plus abordable ou de vendre un faux à un prix exorbitant. Mais qu’en est-il d’un point de vue légale? Attention à respecter le droit d’auteur qui est incontournable et très stricte quant à la circulation d’œuvres copiées.

 

Quelle différence entre une fausse et une copie d’oeuvre d’art ?

La copie peut être une reproduction plus ou moins fidèle d’une oeuvre originale. Elle s’oppose à la notion d’authenticité, même si cette dernière fait aujourd’hui encore débat entre les différents acteurs du marché de l’art. Il n’est pas rare de croiser des artistes en herbe dans les musées en train de reproduire leur oeuvre préférée grâce à une autorisation accordée par le lieu d’exposition. Il faut faire une distinction avec le faux, qui est une reproduction faite frauduleusement dans le but de tromper. Cette volonté de tromper peut être punie pénalement ou par l’action en contrefaçon.

De tous temps, les copies d’œuvres sont connues, leurs fonctions ont varié avec le temps. Durant l’Antiquité, les égyptiens imitaient les formes dans un but d’apprentissage et surtout pour perfectionner les techniques existantes. L’aspect économique n’était pas la priorité.

C’est avec le développement du commerce et l’intérêt pour l’art que les faux ont fait leur apparition. Dans les siècles passées, les copies ne causaient qu’un préjudice moindre aux artistes car les faussaires devaient eux-mêmes acquérir une certaine dextérité afin de rendre leurs œuvres crédibles.

Avec l’apparition des nouvelles technologies tels que les imprimantes 3D, il est possible de faire des copies précises et en plus grand nombre d’œuvres existantes, il faut donc faire preuve de prudence et s’adresser à un professionnel du marché de l’art pour faire une expertise. Il n’est pas rare de croiser des copies de Picasso ou Malevitch.

 

Peut-on vendre la copie d’une oeuvre d’art ?

Si l’on désir vendre une copie, il faut faire preuve de vigilance. Si l’oeuvre originale se trouve protégée par les droits patrimoniaux dérivés du droit d’auteur, il faudra une autorisation de reproduction soit de l’auteur ou celle de ses ayants-droit moyennant rémunération. En revanche, si l’oeuvre se trouve dans le domaine public, c’est-à-dire soixante dix ans après la mort de son auteur, il est possible de la vendre sous certaines conditions. Il faut que le format de l’œuvre varie par rapport à l’oeuvre authentique, la mention “copie” doit apparaître au dos de l’oeuvre et enfin il est interdit de reprendre la signature de l’artiste sous peine d’être considéré comme un faussaire.

Le droit moral, autre branche du droit d’auteur, peut cependant s’opposer à la diffusion d’une oeuvre copiée si la qualité de la copie est déficiente donnant une image inexacte de l’oeuvre originale.  

 

Le respect du droit d’auteur pour une reproduction de peinture

Dans tous les cas, il est nécessaire de respecter le droit d’auteur. Certaines exceptions existent, il est notamment possible de copier une oeuvre sans autorisation pour son usage personnel. La diffusion d’une oeuvre copiée dans le cercle familial est autorisée à titre gratuit. La parodie ou la caricature sont autorisés à condition qu’il n’y ait aucune confusion pour le public.

 

Pour une estimation gratuite, en 48h, chez vous, consultez notre formulaire de demande en ligne

 

Partager l'article sur :

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.