Le journal

Toute l'actualité de Direct Estimations et du métier de l'expertise

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Les salles de ventes aux enchères à New York

Sotheby’s et Christie’s : deux acteurs majeurs du dynamisme des ventes aux enchères. Le centre économique et artistique de l’Amérique est devenu le lieu de certaines des plus grandes et des plus importantes ventes aux enchères au monde. Cela est peut-être dû à la quantité incroyable de foires d’art et de rétrospectives critiques des musées qui viennent ici.

Bien que la Chine s’impose, Sotheby’s et Christie’s ont réussi à maintenir une présence presque hégémonique sur la scène des maisons de ventes aux enchères de New York. Leurs capacités à couvrir un large éventail du marché de l’art, tout en étant en mesure d’offrir des œuvres de qualité et des services exceptionnels, en font facilement les maisons de référence pour la plupart des marchands et collectionneurs. Si l’on cherche une lithographie de Willem de Kooning d’une partie antérieure de la carrière de l’artiste ou un pendentif en jade chinois de la collection Arthur M. Sackler, l’endroit le plus probablement pour le trouver est à une de leurs ventes aux enchères. Aussi, peu importe la nature de l’enchère, ces deux mastodontes ont toutes les chances d’obtenir de très bons résultats.

Les concurrents des titans

Malgré l’acception communément admise de leur hégémonie, Christie’s et Sotheby’s voient une certaine concurrence, en particulier dans l’espace contemporain à New York. Phillips, qui se consacre exclusivement à l’art contemporain, se classe juste derrière les deux. La maison est plus petite et pourrait ne jamais être en mesure de capter une part similaire du marché, mais elle réussit néanmoins à faire sa place. Avec des ventes comme « Under the Influence », Phillips de Pury propose les œuvres de jeunes artistes mondiaux du XXIe siècle et teste leur valeur sur le marché secondaire. La maison essaie aussi de vendre des produits un peu plus abordables, et s’est faite connaître pour attirer une clientèle légèrement différente : de jeunes collectionneurs, en début de carrière qui souhaite se lancer dans l’achat d’œuvres.

Bonham’s, qui suit de près Christie’s et Sotheby’s dans la plupart des variables, a récemment rejoint le mouvement contemporain en consacrant un département à l’espace. Mieux connue pour ses spécialisations de niche, comme la céramique contemporaine et la vente d’objets kitsch et pop comme le certificat de naissance de Paul McCartney. Bonham’s est une maison bien connue avec une présence mondiale indéniable. De plus, la maison a déjà attiré des vétérans de la vente aux enchères contemporaines pour diriger certains de ces départements (Ralph Taylor par exemple).

Des maisons de ventes aux tailles plus modestes qui ont leur place

Pour les maisons qui n’ont pas les ressources nécessaires pour faire face aux quatre premières, la capacité à s’imposer sur la scène, des ventes aux enchères d’art à New York exige d’avoir un avantage, une différenciation. Swann Auction Galleries est largement connue pour ses œuvres sur papier — elle a vendu une estampe Jackson Pollock pour 102 000 $, le prix le plus élevé jamais payé pour une estampe de cet artiste — et est la seule maison au monde avec une vente et un département consacré exclusivement aux beaux-arts afro-américains. Depuis sa création en 2007, le département est devenu un lieu crucial pour les œuvres de nombreux artistes de renom, dont Kara Walker, Romare Bearden et Carrie Mae Weems. La maison a par exemple vendu Harper’s Pictorial History of the Civil War (Annotated) de Kara Walker pour 120 000 dollars (106 000 euros), un prix record pour une reproduction de l’artiste. À ce jour, Swann demeure l’un des principaux lieux d’achat d’œuvres d’art afro-américaines aux enchères.

Nicholas Lowry, président de Swann, affirme que les collectionneurs sont également attirés par la maison en raison de « son caractère personnalisé, personnel et beaucoup plus impliquée » que l’on y trouve. « Vous entrez chez Christie’s ou Sotheby’s, » décrit Lowry, « et vous avez l’impression de marcher dans un énorme monolithe. » C’est peut-être la raison pour laquelle des maisons comme Doyle New York gagnent une juste part du marché : elles sont petites et accessibles, mais elles sont surtout en mesure d’offrir des œuvres de qualité et des services personnels à ceux qui souhaitent vendre leurs précieuses œuvres d’art. Tandis que Doyle est largement connu pour ses ventes de succession, la maison de taille moyenne tient également un large éventail d’autres ventes aux enchères réussies. Avec ces ventes d’œuvres d’art asiatiques, elle livre régulièrement une concurrence à la maison Gianguan Auctions, qui traite exclusivement d’art chinois et asiatique.

Enfin de compte, le pouvoir sur le marché et le succès de toute maison repose uniquement sur l’acheteur, qui est guidé par l’art vendu. Pour cette raison particulière, Christie’s et Sotheby’s resteront probablement fortes pour les années à venir, mais les stratégies d’orientation des autres maisons de ventes aux enchères de New York prouvent qu’elles ont leur place sur ce marché.

Partager l'article sur :

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.