Le journal

Toute l'actualité de Direct Estimations et du métier de l'expertise

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Comment reconnaître un bronze ?

Qu’est-ce que le bronze ?

Le bronze se compose de cuivre et d’étain. A cette base, on peut associer d’autres éléments tel que le zinc, le plomb ou l’argent. Il existe plusieurs techniques pour réaliser une sculpture en bronze, comme la fonte au sable ou la fonte à la cire perdue, la plus utilisée.  

Le bronze fut beaucoup utilisé pour ses principales qualités, qui sont une bonne résistance à l’usure, à la corrosion. Même s’il a tendance à s’oxyder, il est possible de retrouver la couleur d’origine en le nettoyant.  

 

L’âge d’or du bronze

L’utilisation du bronze remonte à l’Antiquité, on le retrouve dans des objets usuels, armes, œuvres rituelles ou funéraires.

Pendant la Renaissance Italienne, la production de bronze fut importante, en effet, une partie de la création permit de répondre à un désir de posséder une copie d’un modèle antique. Les premières statues en bronze qui ont pu être datées sont celles réalisées par Donatello, son inspiration était tournée vers la mythologie, reflet du goût d’une époque. Une de ses œuvres majeures étant le Condottiere de Gattamelata.

Durant la période du Maniérisme, le bronze va être délaissé au profit du marbre. Son retour va être marqué par Cellini et son goût pour l’Antique.

Au cours du XVIIème siècle et au XVIIIème siècle, le bronze est surtout utilisé en France en tant qu’ornement afin de souligner le caractère précieux des meubles. Certains noms vont s’illustrer dans ce domaine comme Caffieri ou Gouthière.

Au début du XIXème siècle, le bronze va s’adapter au style du Premier Empire avec une qualité exceptionnelle tant dans la fonte que dans la ciselure avec comme représentant Thomire. Après la chute de l’Empire, le bronze s’adapte à l’ère industriel et évolue avec la mode. Deux styles vont principalement émerger, le Romantisme, incarné par Charles d’Angers et le Bestiaire, représenté par Antoine-Louis Barye.

Aujourd’hui, le bronze est peu utilisé, mais il reste utile pour la fabrication de cloches ou de certaines créations artistiques.

 

La différence entre le bronze et le régule

Le régule est un alliage apparu à la fin du XIXème siècle, il a comme avantage d’être économique et de ne pas utiliser de cuivre. Il se compose d’étain et d’antimoine. Ce métal va être utilisé aussi utilisé pour les munitions de guerre. Il a permis à l’art de la sculpture de se démocratiser le rendant accessible au plus grand nombre. Il n’est pas rare de croiser une sculpture en régule dans une salle des ventes car la production d’objets en cette matière fut importante. Cependant, il reste plus fragile que du bronze. Aujourd’hui encore, le régule reste à un prix inférieur au bronze.

Une des différences importante entre ces deux matières est le poids, le bronze étant plus lourd. Il faut cependant faire attention car certains ont injecté des métaux plus lourd dans la composition pour créer une confusion. Le poids du marbre peut aussi induire en erreur.

Le bronze va présenter une patine naturelle qui va évoluer avec le temps. Le Régule n’a aucun reflet mais il peut être peint de façon à imiter le bronze.

Il est possible de procéder à un test pour distinguer le bronze du régule, en effet, si l’on gratte discrètement une partie de la statue avec un objet métallique et qu’une teinte jaunâtre apparaît, nous sommes en présence d’un bronze. En revanche, si une couleur tirant vers le blanc apparaît, il s’agit d’un régule.

Le bronze se distingue également du régule par ses détails. En effet, le bronze est plus facile à travailler que le régule. Il faut donc être attentif à la finesse du travail de l’artiste. Enfin pour ceux qui ont une ouïe fine, il est possible de distinguer la résonance du bronze par rapport au régule.

 

Le bronze et le droit de tirage

Pour qu’un bronze soit considéré comme une oeuvre originale, il faut qu’il soit réalisé du vivant de l’artiste et qu’il y ait un nombre d’exemplaires limités, c’est-à-dire huit et quatre épreuves d’artiste. Les exemplaires posthumes ou supplémentaires sont considérés comme des reproductions.

 

Les experts de Direct-Estimations sont à votre disponibilité pour une expertise gratuite de vos bronze et sculptures.

 

Partager l'article sur :

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.