Xiaogang Zang

peintre chinois du XXème siècle, 1958

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste Zang Xiaogang 

Peinture: 53.300-4.400.000€

Dessin: 3.200-73.600€

Estampe: 330-139.600€

Photographie: 11.300-21.100€

Sculpture: 100.000-150.000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Zang Xiaogang, nos experts s’en chargent.

La jeunesse de Zang Xiaogang

Zang Xiaogang est un artiste symboliste et surréaliste contemporain chinois. Il voit le jour en 1958 à Kunming dans le sud de la Chine et habite aujourd’hui entre Pékin et la province de Sichuan. Très tôt sa mère l’initie au dessin. Son intérêt pour l’art ne fait que s’accroitre et en 1975 il reçoit l’enseignement du peintre chinois Lin Ling qui lui apprend la technique de l’aquarelle et du croquis. Cette année là, alors qu’il est âgé de 17 ans, il prend véritablement conscience qu’il veut devenir artiste, l’art lui est devenu indispensable, telle une drogue dira-t-il plus tard.

La formation de Zang Xiaogang

En 1977, Zang entre à l’Ecole des Beaux-Arts de Sichuan où il étudie la technique de la peinture à l’huile. Il en sort diplômé cinq ans plus tard et se voit refuser un poste de professeur d’art auquel il avait postulé. Cet événement provoque la dépression de l’artiste qui peine à se maintenir au sein de la société. Hospitalisé pour des problèmes liés à l’alcool, son état le pousse à une introspection et lui fait réaliser une série picturale des visions de fantômes qu’il a eu à l’hôpital.

En 1985, l’artiste commence à émerger de cette période sombre et rejoint le mouvement de la nouvelle vague qui connaît un immense succès à la fois philosophique, artistique et intellectuel en Chine. En 1986, Zang forme avec d’autres artistes le groupe « South West Art » qui explore le désir individuel et milite pour un régionalisme anti-urbain. Ensemble, ils constituent les premières manifestations de l’avant-garde chinois. Durant cette période, il continue de peindre dans un style expressif et surréaliste mais à la suite d’un voyage en Europe en 1992, son art prend une nouvelle direction. L’Allemagne lui fait prendre conscience de son désir d’explorer et de revivifier le passé, d’être un véritable « artiste de la Chine » dit-il lui-même.

Le succès des séries « Bloodlines » de Zang Xiaogang

De retour au pays, il commence à examiner les visages de ses concitoyens et tente de représenter une identité chinoise propre en s’inspirant de photographies retrouvées chez ses parents. C’est ainsi qu’il réalise ses célèbres séries « Bloodlines », des portraits stylisés en noir et blanc de familles chinoises. Son succès est immense et la critique va jusqu’à parler de « portraits de l’âme chinoise moderne ». Ces dernières années, Zang s’est aussi intéressée à la sculpture monumentale en représentant des portraits en buste ou des personnages en pieds.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.