William Blake

peintre anglais du XVIII-XIXème siècle , 1757-1827

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste William Blake 

Dessin: 840-2.800.000e

Estampe: 30-10.100€

La jeunesse de William Blake

William Blake, aussi connu pour ses poèmes que pour ses peintures, est né le 28 novembre 1757 et mort le 12 août 1827 à Londres.

Voyant qu’il montre d’excelles dispositions pour la poésie et le dessin, William est envoyé par ses parents, à l’âge de 10 ans, dans une école de dessin où il écrit ses premiers poèmes. Quantre ans plus tard, il devient l’élève d’un graveur qui l’envoie dessiner des églises gothiques à Londres. Son expérience à Westminster participe à former son style artistique ainsi que ses idées. C’est là que le poète est sujet à ses premières visions puisqu’il voit le Christ en compagnie de ses apôtres et une longue procession de moines et de prêtres dont il entend le chant.

En 1779, Blake étudie à l’Académie Royale de Londres et se rebelle contre les peintres à la mode comme Rubens, glorifié par Joshua Reynolds, alors directeur de l’Ecole. A la peinture d’un Reynolds, Blake préfère celle d’un Raphaël ou d’un Michel-Ange.

Les écrits illustrés de William Blake

William Blake épouse Catherine Boucher en 1782. Il lui apprend à lire et à écrire puis l’entraine à la gravure. Sa vie durant, elle se montre d’une aide inestimable pour son mari, et participe à l’impression de ses œuvres enluminées.

Manquant de moyens financiers, il décide de se faire son propre éditeur. En 1788, Blake commence à expérimenter la gravure en relief, une méthode qu’il utilise pour produire nombre de ses livres illustrés, pamphlets et poèmes. Le processus est également celui des enluminures. Il publie ses premières œuvres en 1789 et rencontre un vif succès.

En parallèle il participe aux expositions de l’Académie Royale en présentant ses toiles dont les sujets tournent autour de l’allégorie, de l’Histoire et de la religion.

En 1800, le couple déménage dans le Sussex à Felpham où Blake entreprend d’illustrer le travail d’un poète secondaire, William Heyley. La collaboration se passe mal et l’artiste retourne à Londres en 1804 où il écrit et illustre Jérusalem, son œuvre la plus ambitieuse.

A cette époque, il a pour projet d’illustrer les Contes de Canterbury écrits par Geoffrey Chaucer, un écrivain et poète anglais du XIVe. Il organise sa propre exposition dans la mercerie de son frère à Soho, mais celle-ci n’a aucun succès et il ne vend aucune de ses œuvres.

William Blake et la Divine Comédie de Dante

En 1826, William Blake reçoit pour commande d’illustrer, dans une série de gravures, la Divine Comédie de Dante. La mort de l’artiste un an plus tard coupe court à cette entreprise mais les rares illustrations qu’il a pu achever montrent la dextérité de ce poète qui réussit à illustrer un ouvrage d’une grande complexité. Le rendu des différentes atmosphères est extraordinaire.

Les illustrations de Blake ne font pas qu’accompagner le texte mais semblent critiquer, réviser ou commenter certains aspects spirituels ou moraux de l’ouvrage.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.