Weiwei Ai

sculpteur et peintre chinois du XXème siècle, 1957

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Ai Weiwei

Sculpture : 1.600-4.200.000

Estampe : 60-1.800€

Photographie : 80-803.300€

Peinture : 50-132.100€

Céramique : 3.100-441.300€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’Ai Weiwei , nos experts s’en chargent.

Un contexte politique difficile

Ai Weiwei est un artiste contestataire chinois né en mai 1957 à Pékin. Son père était un poète reconnu, Ai Qing. Accusé au début de la révolution culturelle chinoise d’être droitiste, il est exilé avec sa famille dans des régions reculées et ne sont autorisés à revenir dans la capitale qu’en 1976, à la fin de la révolution culturelle. Passionné par l’art, il étudie le cinéma dans une école de Pekin. Il rejoint le groupe avant-gardiste Xing Xing (Les étoiles) qui rejette le réalisme socialiste mit en place par le gouvernement chinois. Afin de s’extraire le plus possible de l’écrasante politique chinoise, Ai WeiWei part s’installer à New York en 1981 et étudie au sein de la Parsons School of design. Il commence par étudier la peinture puis à la sculpture, s’inspirant des ready made de marcel Duchamp.

Un artiste contestataire

Il rentre à Pékin en 1993 lorsque son père tombe malade. Conscient du fossé séparant la Chine traditionnelle et la modernité qui s’installe, il créer des œuvres subversives qui invitent à questionner cet écart, comme lorsqu’il peint sur une urne de la dynastie han le logo de l’entreprise Coca-cola. Il casse également du mobilier de l’époque Ming et Qing qu’il recompose en objets non fonctionnels. C’est notamment grâce à la publication de trois ouvrages présentant l’art contemporain chinois qu’il devient une figure de l’art underground. L’exposition Fuck off et les clichés volontairement provoquant qu’il expose en marge de la biennale de Pékin participe à cette réputation.

Il construit son atelier de photographie en 1999 puis choisit l’architecture comme principal. Il fonde par la suite son cabinet de Desing, Fake desing qui promeut un architecture simple utilisant des matériaux courants. Il participe en 2003 à la construction d’un stade olympique surnommé « le nid d’oiseau » à Pékin.

Un engagement humanitaire salvateur

On propose à l’artiste en 2005 la rédaction d’un blog pour le portail internet chinois Sina. Le site qu’il utilise dans un premier temps à des fins mondaines lui sert par la suite à diffuser et à communiquer sur des pratiques du gouvernement chinois qu’il désapprouve fortement, comme la réaction du gouvernement à un séisme dans le Sichuan qui fait perdre la vie à des milliers d’enfants à cause d’écoles construites à la hâte ou les autorités minimisèrent le nombre réel de victimes. Suite à cela, Ai weiwei créer en 2009 une installation, Remebering à Munich, qui rassemble 9000 sac à dos, disposés de manière à constituer une phrase prononcé par la mère d’une des trop jeune victime. Son blog se retrouve censuré, notamment parce que l’artiste refuse de changer ses activités militantes et utilise dorénavant Twitter pour s’exprimer.

L’atelier d’art qu’il avait conçu a Shanghai en 2008 sur la demande de la mairie fut rasé deux ans plus tard sur ordre de la même autorité. En 2011, l’artiste est arrêté pour « crimes économiques » lors d’une action menée contre les répressions de la dissidence. Suite à cet évènement, son œuvre acquiert une notoriété mondiale.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.