Théodore Géricault

peintre français du XIXème siècle , 1791-1824

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Théodore Géricault

Peinture : 26.100-745.000€

Dessin : 1.600-119.800€

Estampe : 60-12.900€

Sculpture : 3.500-32.000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Théodore Géricault, nos experts s’en chargent.

Un artiste au précoce au talent unique

Théodore Géricault est un artiste peintre français né en 1791. Il est célèbre dans le monde entier pour avoir réalisé le Radeau de la Méduse entre 1818 et 1819. Malheureusement, l’intégralité de son travail n’a pu nous parvenir en raison des bombardements qui eurent lieu en 1944. Il commence à dessiner très jeune et intègre à 17 ans, en 1808, l’atelier du peintre Carle Vernet. Il intègre par la suite celui de Guérin au sein duquel les artistes tentaient de concilier l’académisme et le romantisme alors en opposition. La première de ses œuvres à avoir un impacte retentissant est L’Officier de chasseurs de garde impériale chargeant. Ce qui percute le plus dans sa peinture et la fougue, l’intensité des couleurs et la puissance de son dessin.

Géricault et le Radeau de la Méduse

Comme de très nombreux artistes de son temps, Géricault part effectuer un voyage initiatique à Rome afin d’y découvrir, entrez autre, les plus grands maîtres de la Renaissance italienne dont Michel-Ange. C’est lors de son retour à Paris en 1817 qu’il décide d’entreprendre la réalisation de la plus célèbre de ses œuvres, inspirée du naufrage du navire le Méduse de 1816. Le succès phénoménal qu’il remporte, surtout à Londres, le pousse a s’installer en Angleterre, mais seulement pour trois ans, le mauvais temps ayant eu raison de se motivation à vivre de l’autre coté de la Manche. Il meurt d’une mauvaise chute à cheval en 1824.

Le radeau de la Méduse est une œuvre monumentale, tant par sont génie que par ses dimensions : 4,91 de haut pour 7.16 mètre le large. Afin de représenter au mieux son sujet, il effectue des études poussées sur les détails physiques et l’histoire du naufrage. Il fait directement intervenir des rescapés dans don travail en s’inspirant de leur témoignage et en les faisant poser pour lui. Géricault va même jusqu’à utiliser des restes humains et des ossements stockés dans son atelier afin de pouvoir représenter le plus fidèlement possible l’anatomie des corps en putréfaction.

Une iconographie mortelle

L’iconographie des toiles du peintre, souvent morbide, tient sa source de la période à laquelle Géricault vécu sa jeunesse, soit lors de la Terreur. La singularité des portraits qu’il réalise pour la Salpêtrière tient également du fait qu’il utilise comme modèles les corps malades et morts. A la fin de sa vie, il s’essaie à la sculpture sans grand succès mais excelle toujours dans la représentation des chevaux.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.