Tamara De Lempicka

peintre d'origine polonaise du XXème siècle , 1898-1980

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste de Tamara de Lempicka

Peinture: 18.700-6.800.000€

Dessin: 3.000-20.000€

Estampe: 250-30.000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Tamara de Lempicka, nos experts s’en chargent.

La jeunesse de Tamara de Lempicka

Tamara Gorska, de son vrai nom, est née le 16 mai 1898, en Pologne, à Varsovie. Issue d’un milieu aisé, elle s’installe en 1914 à Saint-Pétersbourg chez l’une de ses tante. Elle y débute ses premiers cours de peinture et tombe amoureuse de l’avocat Tadeusz Lempicki avec lequel elle se mari en 1916.

Une femme mondaine au style cubiste…

Lors de la révolution d’octobre, elle part rejoindre son époux à Compenhague et finit par s’installer à Paris. En pleine perte de repères, le couple se sépare. Elle décide, contrairement, à son mari, de travailler et s’attelle de fait à la peinture. Ainsi, elle fréquente la grande chaumière en 1920 puis poursuit sa formation auprès de Maurice Denis et André Lhote. Elle parachève sa formation en voyageant en Italie. Tamara expose pour la première fois au salon d’automne en 1922. Par l’influence des statues de Pontormo qu’elle dessina en Italie, son style est sculptural, cubiste aussi et comporte des couleurs franches. Elle se rend aux soirées du célèbre couturier Paul Poiret et converse avec Braques et Gide à la Rotonde ou au Dôme. Sa vie de bohème lui inspire sa peinture dont les personnages sont souvent nus. Elle peint dans son tableau perspective en 1923 des femmes surprises dans un moment de lascivité. Ceci participe de son image garçonne.

Vers un style maniériste et une réputation internationale

Tamara effectue également des portraits que l’on lui commande. La plus part de ses modèles viennent de la société mondaine et artistique de l’époque. Le Tsar Nicolas II est même l’un de ses modèles. Elle remporte un grand succès en Italie. Son attrait pour les proportions parfois exagérées lui vaut d’être parfois appelée « Ingres perverse. » S’éloignant au fur et à mesure du cubisme synthétique, ses peintures acquierts une monumentalité ainsi qu’un maniérisme témoignant d’un attrait pour les maître italiens de la Renaissance. Elle divorce en 1928 puis effectue un voyage aux états unis ou elle expose ses toiles, jouissant d’une réputation et d’une reconnaissance internationale.

Elle épouse en 1933 le baron Raoul Kuffner qui était l’un de ses plus gros clients. Elle retrouve le confort de sa vie a saint Pétersbourg et s’éloigne par la même de la vie artistique parisienne. Ses sujets s’élargissent à tous les corps et remporte un franc succès aux états unis, notamment dans le monde du cinéma, ou elle part s’installer avec son nouveau mari à cause de la guerre en 1939.

Elle continue de peindre mais son œuvre finit par tomber dans l’oublie jusqu’à sa redécouverte lors d’une monographie qui lui est consacrée en 1957, sa popularité est à son apogée dans les années 1970 grâce à un fort engouement pour l’Art déco.

Tamara meurt au Mexique en 1980.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.