Rufino Tamayo

peintre mexicain du XXème siècle, 1899-1991

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste Rufino Tamayo

Peinture: 500-4.100.000€

Dessin: 580-141.300€

Sculpture: 57.800-291.000€

Estampe:

Tapisserie: 1.200-1.500€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Rufino Tamayo, nos experts s’en chargent.

Rufino Tamayo, Artiste singulier

Rufino Tamayo est né au tournant du  XX siècle dans la ville d’Oaxaca au Mexique. L’Église a une importance particulière dans sa vie et son travail car elle développe chez lui une sensibilité des images ainsi qu’un goût prononcé pour la couleur. L’Académisme des Beaux Arts le lasse rapidement. Lors de sa nomination au Musée Archéologique de Mexico en 1921, l’artiste étudie les arts préhispaniques qui influencent grandement sa production artistique. L’artiste expérimente librement et se fait rapidement remarquer par sa verve et son originalité. Tamayo traverse le mouvement culturel d’après la révolution et se détache rapidement des muralistes, même s’il ne se démarque pas tout à fait des considérations politiques et sociologiques de son époque.

Tamayo effectue lors de sa carrière une vingtaine de peintures au format monumental pour des espaces publiques mexicains, y compris pour l’U.N.E.S.C.O. : Prométhée donnant le feu au monde, 1958.

Entre orient et occident

C’est en 1926 qu’il découvre les avants gardes européennes et commence la peinture de chevalet. Lorsqu’il s’installe à New York en 1937, les muralistes le juge « snob ». Pour autant, le succès ne tarde pas à arriver au sein de la ville américaine, tant pour son talent que pour sa qualité d’ambassadeur culturel.

Sa peinture est a rapprocher d’un style « européen » quant à son utilisation de la matière mais également par son jeu des textures et des couleurs, a rapprocher des peintures de Miro.

Sa vision du corps humain et la représentation qu’il en à est allégorique, cosmique et sujette à tous les mystères.

La carrière de Tamayo fût marquée par des rencontres, comme celle avec André Breton qui réalise la préface de sa première exposition parisienne de 1950, ses différentes techniques, telles que la lithographie et la gravure en 1951. Pour autant l’artiste reste conscient et investit de sa « méxicanité ».

Sont talent est reconnu à travers le monde et de nombreuses consécrations ont lieu lors de sa carrières, comme la rétrospective qui lui est consacrée par le Musée d’art moderne de la Ville de Paris en 1974, mais également au musée Guggenheim en 1979 ou encore au Museo de Arte contemporeano internacional Rufino Tamayo en 1987 à Mexico qui symbolise la reconnaissance de son propre pays envers son œuvre.

Son œuvre traverse les siècles s’encre dans la modernité occidentale mais également au sein de l’art traditionnel méso-américain, comme un point de convergence entre les cultures.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.