Max Liebermann

peintre allemand du XIX-XXème siècle , 1847-1935

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Max Liebermann

Peinture : 11.000-2.100.000€

Dessin : 360-125.200€

Estampe : 20-136.500€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Max Liebermann, nos experts s’en chargent.

Les débuts de Max Liebermann 

Max Liebermann est un peintre allemand souvent cité en tant que représentant, comme Corinth et Slevogt, du courant que l’on appel « impressionnisme allemand ». Il naît à Berlin d’une famille de riches fabricants. C’est dans ce contexte confortable qu’il fait ses études d’arts pendant quatre ans, de 1868 à 1872, à l’École des beaux arts de Weimar.

Lors d’un voyage à Düsseldorf, il fait la rencontre de Mihaly Munkacsy qui l’impressionne grandement. Suite à cette rencontre, il réaliste ses célèbres Plumeuses d’Oie en 1872 qui est une toile de très grand format inspirée directement du peintre hongrois et de son tableau Les faiseuses de charpie.

Une ascension freinée par la Seconde Guerre Mondiale

Pendant cinq ans, de 1873 à 1878, Max Liebermann part travailler à Paris. Durant cette période, il se créer une routine consistant à vivre en Hollande pendant la période estivale. Ce dernier en profite pour travailler et étudier l’oeuvre de l’artiste Frans Hals, qui, lui aussi, à une influence considérable sur les réalisations de Liebermann.

Il se rend, après Paris, dans la ville de Munich on il se met à fréquenter le groupe de Wilhelm Leibl. Suite à cela il décide d’emménager définitivement à Berlin en 1884.

Cinq ans plus tard, Liebermann est élu en 1889 à l’Académie des beaux-arts et devient président en 1898 de la Sécession qui vient tout juste d’être fondée au sien de la ville.

Cependant, en 1933 lors de la montée au pouvoir d’Adolf Hitler, ses origines juives le force à quitter toutes les activités publiques qu’il avait entreprit jusqu’alors. Sa palette qui s’éclaircie au fil du temps.

Dans les sujets qu’il traitait au début de sa carrière, Max Liebermann adoptait un style réaliste. Il s’inspirait de scènes quotidiennes de la vie du peuple et optait pour une palette de couleurs plutôt sombres. Cette inspiration est encore décelable des les grandes toiles peintes qu’il réalise dans les années 1890, comme La Femme à la chèvre. Après cette période, sa palette se transforme quelque peu et propose des teintes plus claires, accordant une importance grandissante à la représentation de l’ombre et de la lumière dans ses tableaux. Cela est particulièrement visible dans ses représentations de cafés en plein air, de jardins d’orphelinats (Le marchand de perroquet, 1902) ou encore ses allées de parcs. Il est évident que le courant impressionniste eut une influence sur l’évolution de la palette de Lieberman. Cependant, son travail incarne un esprit différent.

C’est à partir des années 1900 qu’il devient populaire au près de la haute bourgeoisie libérale de Berlin, qu’il peint a de très nombreuses reprises.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.