Maria Elena Vieira Da Silva

peintre portugaise du XXème siècle, 1908-1992

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Maria Elena Vieira Da Silva

Peinture : 7.500-1.900.000€

Dessin : 600-98.900€

Estampe : 25-2.400

Céramique : 550-13.000€

Tapisserie : 6.000-21.000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Maria Elena Vieira Da Silva, nos experts s’en chargent.

La jeunesse de Maria Elena Vieira Da Silva 

Vieira Da Silva est une artiste dont la carrière fut grandement marquée par son environnement lors de sa jeunesse. En effet, l’architecture particulière de Lisbonne, avec ses maisons enchevêtrées et leurs multiples étages ont inspiré et influé sur l’œuvre et la vie de l’artiste. De plus, la famille de Maria Elena la prédestinait à devenir artiste.

Un style hors de la mode de l’époque

Sa rencontre avec Bissière est un point déterminant dans son cheminement lorsqu’elle le rencontre à Paris en 1932, après s’être essayée à la sculpture aux cotés de Despiau et Bourdelle.

Elle trouve le style qui la suit jusqu’à la fin de sa carrière à la fin des années 1940, période alors très propice à l’abstraction lyrique, loin des modes et du langage pictural de l’époque.

Sa pratique était encore emprunte de surréalisme lorsqu’elle créer L’Atelier en 1940 ou La partie d’échecs en 1943. Dans la chambre représentée, la dimension close de la pièce est accentuée par une multitude de petits carrés partout sur la toile et qui ne semblent être régis par aucunes loi perspective. Cette représentation en damage intervient de façon quasi systématique dans ses œuvres et fait naître une ambiguïté poétique qui rend l’identification des scènes représentées peu évidente (La  bibliothèque 1966, Les indes noires 1974, La Gare Saint- Lazare 1949).

L’esthétique des cubes et des perspectives perturbées unifie la perception de ses toiles et acquiert toute son expressivité grâce au jeu qu’elle effectue avec les règles de l’optique, les lignes obliques, horizontales verticales…  Contrairement à l’art gestuel très en vogue dans les années 1950, porté par des artistes tels qu’Henri Mathieu ou bien Jackson Pollock et ses dripping, les toiles de Vieira Da Silva Maria Elena sont le fruit d’un lent travail d’analyse et de réflexion.

Une artiste protéiforme

Elle réalise également des tapisserie et des vitraux mais aussi des compositions sur papier ou elle se prête à l’art de l’encre de Chine en plus des subtilités de la tempera et du dessin au fusain.

Dans la dernière dizaine d’année de sa carrière, l’artiste laisse la lumière faire irruption dans son œuvre. Le blanc occupe une place prépondérante dans œuvres, étirant ainsi l’espace vers quelque chose d’immatériel (Vers la Lumière 1991)

C’est à partir de cette même décennie qu’elle bénéficie d’une fondation (la fondation Arpad Szenes-Vieira da Silva à Lisbonne) qui expose ses œuvres depuis 1930.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.