Julio Gonzalez

sculpteur espagnol du XIX-XXème siècle, 1876-1942

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Julio Gonzalez

Sculpture : 300-3.200.000€

Dessin : 150-34.230€

Peinture : 2.500-32.750€

Estampe : 220-3.360€

Les débuts de Julio Gonzalez

Julio Gonzalez est un orfèvre, sculpteur et peintre espagnol surréaliste né à Barcelone le 21 septembre 1876 et mort le 27 mars 1942 à Arcueil. Son père est un célèbre ferronnier d’art et orfèvre barcelonais. Julio travaille avec lui la journée et prend des cours du soir de dessin et de peinture aux Beaux-arts de Barcelone. Lorsque son père décède en 1896, Julio et son frère ainé Juan reprennent la fonderie familiale.

L’année suivante, les deux frères fréquentent assidument le cabaret barcelonais des « Quatre Chats » où Julio fait la connaissance d’artistes comme Joaquin Torres Garcia ou Picasso. Ces rencontres scellent le destin du jeune artisan qui se rend deux fois à Paris à cette époque.

Julio Gonzalez et la vie parisienne

En 1900, la famille Gonzalez s’installe un temps à Paris dans l’effervescence du quartier de Montparnasse. Julio se consacre presque exclusivement au pastel et réalise des portraits féminins. Il côtoie assidûment Picasso, lequel peint un portrait de lui lors d’un séjour à Barcelone en 1902. Les réalisations de Julio sont fortement inspirées des œuvres de Gauguin, de Rodin, de Puvis de Chavannes et de la période bleue de son ami Picasso.

L’artiste fait activement partie de la communauté de peintres espagnols installés à Paris et participe aux Salons. Il ne reviendra jamais dans son pays natal. La mort de son frère survenue en 1908 le bouleverse au point qu’il ne crée rien pendant une année. En 1900, il reprend le crayon et rencontre celle qui deviendra sa femme et la mère de sa fille.

Lorsque la guerre éclate, il prend une part importante dans la vie du Salon d’Automne et présente œuvres et bijoux au Salon des Indépendants. Puis il ouvre un magasin d’objets d’art et de bijoux Boulevard Raspail où il vend nombre de ses dessins et pastels qui l’aident à subvenir aux besoins financiers de sa famille dans cette période difficile.

Julio Gonzalez et la sculpture

Après la guerre, Julio Gonzalez s’intéresse de près aux différentes manières de travailler le métal. Son parcours bifurque alors vers la sculpture. Il est employé dans les usines Renault et travaille sur les soudures. En 1922, il présente sa première exposition individuelle dans une galerie rue Bonaparte et y montre toutes ses réalisations qui vont de ses dessin à ses pièces d’orfèvrerie.

Une collaboration intense avec Picasso ne tarde pas à naitre. Julio participe aux créations sculpturales et cubistes de son ami grâce à des techniques de fonte remarquables, dont Picasso est admiratif.

A force de fréquenter le père du cubisme, le sculpteur trouve son style personnel vers 1929 et réalise ses sculptures les plus importantes, comme Don Quichotte, qui ont la particularité « d’utiliser le vide pour créer le volume ». Il est aujourd’hui considéré par les historiens de l’art comme « le fondateur de la sculpture en fer moderne ».

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.