Jan Van der Heyden

peintre hollandais du XVI-XVII siècle , 1637-1712

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste Jan Van der Heyden

Peinture: 1.300-440.000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Jan Van der Heyden, nos experts s’en chargent.

La jeunesse de Jan Van der Heyden 

Jan van der Heyden est un peintre hollandais baroque né à Gorinchem le 5 mars 1637 et décédé à Amsterdam le 28 mars 1712. Lui et sa famille s’installent à Amsterdam en 1650. d’après le biographe Houbraken, il fut former dans un premier temps à la peinture sur verre. Jusqu’en 1661, il voyage de manière intensive dans le sud des Pays Bas ainsi qu’en Allemagne, réalisant des dessins qu »il utilise plus tard dans l’effectuation de ses toiles peintes. Son, style et sa touche semblent anticipées le capricci des peintres vénitiens du XVIII siècle. A la fin des années 1660 Heyden s’engage dans des projets ayant pour but d’améliorer l’éclairage et la sécurité des habitants d’Amsterdam.

Un artiste altruiste au multiples talents.

Il fut également graphiste, dessinateur. Il est également un inventeur qui grâce a son génie a permis de faire grandement avancer la lutte contre les incendies. En effet, son frère était ingénieur hydraulique qui lui permit de perfectionner le tuyau de la lance à incendie en 1672. Il modifie également les véhicules qui luttaient contre le feu en plus de restructurer l’organisation des brigades en 1685. Il écrit notamment le premier manuel destiner à combattre les incendies. Toujours en tant qu’inventeur génial, il repense l’intégralité du système d’éclairage des rues d’Amsterdam, modèle qui devient par la suite une référence pour de nombreuses villes.

Une œuvre entre réel et imaginaire, harmonie et lumière.

Le travail pictural de Heyden s’inscrit dans la veine d’un nouveau style, le paysage urbain. Sa formation et son talent de dessinateur industriel lui permet de représenter des paysages urbains d’une envergure nouvelle Le Dam à Amsterdam 1667. Ses vues architecturales peuvent tout aussi bien être réelles qu’imaginaires, cependant, le degré de réalisme avec lequel est réalisé son travail reste le même, paysages factices ou bâtiments du réel.

Dans ses tableaux, une autres constante se laisse observer, celle de la parfaite harmonie qui règne dans ses toiles. La paix et la prospérité sont présentes dans toutes ses peintures, il y efface tout ce qui pourrait nuire à l’hygiénisme de ses représentations. Sous sens du détail frôle parfois l’hyperréalisme. Heyden, malgré son soucis d’harmonie et de « propreté » visuelle, ne nous confronte pas à une peinture aride ou dénuée de toute sensibilité grâce au travail de la lumière a laquelle il accorde une place primordiale Eglise des jésuites 1666, vue de Veere avec De Groote Kerk, 1650-1700à

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.