Giovanni Boldini

peintre italien des XIXème et XXème siècles, 1842-1931

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Giovanni Boldini

Peinture : 520-1.000.000€

Dessin : 220-60.000€

Estampe : 550-3.200€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Giovanni Boldini, nos experts s’en chargent.

L’influence des Macchiaioli

Giovanni Boldini est un peintre et illustrateur italien. Portraitiste de réputation internationale, il naît le 31 décembre 1842 à Ferrare, en Italie, et meurt le 11 janvier 1931 à Paris, où il mène la plus grande partie de sa carrière.

Fils de peintre, Boldini grandit au contact de l’art et s’intéresse tôt aux Maîtres du Quattrocento. En 1962, alors que sa réputation de portraitiste est déjà établie, il s’installe à Florence pour parfaire son éducation artistique. Il s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts et devient l’élève du peintre Enrico Pollastrini.

Il montre néanmoins peu d’intérêt pour cet enseignement classique, lui préférant l’univers des Macchiaioli, artistes italiens imprégnés d’Impressionnisme qui rejettent les diktats et la rigidité de l’Académisme. Trois d’entre eux, Michele Gordigiani, Cristiano Banti et Telemaco Signorini, ont un rôle prépondérant dans l’essor de la carrière de Boldini. En effet, ils l’inspirent dans son travail et l’introduisent à d’importantes personnalités, parmi lesquelles William et Isabelle Falconer. Ce couple d’Anglais se prend d’amitié pour le jeune peintre et l’accueille dans leur propriété de Pistoie pendant quatre ans. En 1868, Boldini y réalise une fresque dans le style des Macchiaioli, s’inspirant de leur spontanéité et de leur goût pour la lumière.

Un portraitiste mondain

Grâce aux Falconer, Boldini peut parcourir l’Europe. En effet, il accompagne le couple à l’Exposition universelle de Paris en 1967. A cette occasion Boldini rencontre Edgar Degas, avec qui il se noue d’amitié. Il découvre de même les œuvres de Manet, Sisley ou encore Caillebotte. Inspiré par ces impressionnistes, Boldini développe une touche distinctive, vibrante et fluide, qui lui vaut le surnom de “Master of Swish”.

En 1869, un proche des Falconer l’invite à Londres, où Boldini étudie les compositions de grands portraitistes tel que Thomas Gainsborough. Il y réalise de nombreux portraits de dames aristocratiques, qui lui attirent les faveurs de la haute société britannique. Ce succès mondain le pousse à y travailler un temps.

A partie de 1971, Boldini s’établit de manière permanente à Paris et installe son atelier près de la place Pigalle. Il y produit de petites scènes de genre, dans le style du XVIIIème, pour son marchand d’art Adolphe Goupil. En parallèle, il continue ses portraits des femmes de la haute société et commence à s’intéresser à la vie parisienne, à ses cafés, ses rues, ses bals et ses soirées. Ses représentations du Tout-Paris scellent son succès et font de lui l’un des peintres les plus en vu de la capitale. En 1885, il reprend l’atelier de John Singer Sargent dans le 17ème arrondissement et quitte Goupil.

Une carrière internationale

Giovanni Boldini s’inspirent de nombreux artistes européens, qu’il découvre à l’occasion de ses nombreux voyages. Il est notamment marqué par les portraits baroques de Frans Hal lors d’une visite en Hollande. En 1889, il accompagne Degas en Espagne et au Maroc, où les deux amis admirent les œuvres de Velasquez, Tiepolo ou encore Goya. Plusieurs commandes l’amènent à retourner ponctuellement en Italie, comme à Florence où l’artiste réalise son autoportrait pour la Galerie des Offices.

Giovanni Boldini produit portraits et paysages en abondance au début du XXème siècle. Sa vue s’affaiblit néanmoins à la fin des années 1920 et l’artiste décède en 1931 à Paris. Ses œuvres figurent aujourd’hui dans les collections de grands musées internationaux, tels que le Metropolitan Museum of Art de New York, la National Portrait Gallery de London ou encore le Musée d’Orsay à Paris. Son Portrait de Giuseppe Verdi (1886), sans doute sa toile la plus connue, peut quant-à-elle être admirée à la Galerie nationale d’art moderne et contemporain de Rome.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.