Baoshi Fu

peintre chinois du XXème siècle, 1904-1965

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste Fu Baoshi

Dessin: 53000-12000000€

Estampe: 20-1000€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Fu Baoshi , nos experts s’en chargent.

Un artiste sur plusieurs fronts

Fu Baoshi est un artiste chinois né en 1904 au Jiangxi. Il étudie à l’école impériale des beaux arts du japon et sera nommé plus tard professeur des beaux arts de l’Université centrale dans la ville de Nankin. Il a fait parti de diverses commissions artistiques du ministère de l’éducation. Pendant la guerre, Baoshi se trouve au Sichuan tandis qu’il recommence à enseigner à Nankin en 1946. L’artiste est nommé, après la libération en 1949, directeur de l’académie provinciale qui pratique la peinture traditionnelle, à Nankin au Jiangsu, puis devient vice-président de l’Association chinoise des artistes et de sa section provinciale. Il entame un voyage à travers toute la Chine dans les années cinquante en compagnie de plusieurs artistes et travail sa représentation du motif. Il visite en 1957 la Roumanie ainsi que la Tchécoslovaquie et meurt en 1965.

Maîtres et influence

Le voyage au Japon de Baoshi, qui disposait pourtant de l’accès au plus grands maîtres de son pays, lui a permis à lui ainsi qu’à ses confrères ayant pris la même initiative, de ,prendre de la distance avec l’art traditionnel, renouvelant ainsi sa pratique artistique et participant de son génie. Fu Baoshi s’est essentiellement attardé sur deux genres de la peinture : les figures et le paysage. Dans la réalisation de ces derniers, le peintre japonais à été stimulé par le maître Shitao. Concernant la figure, il se fait l’héritier des maîtres Tang. Il tire également profit des adeptes de Chan qui réalisent des personnages « à l’encre éclaboussée », comme la peintre Liang Kai. Mais celui qui l’influence le plus dans ce domaine est sans contestes Chen Hongshou qui se démarquait par une noblesse ironique et une subtile excentricité.

Sublimer ses défauts

Baoshi incarne à merveille l’image du « peintre lettré » de l’époque moderne chinoise. Si son travail plastique importe, il fait parti de ce genre d’artiste qui met un point d’honneur à rester cultivé et spirituel dans sa vie quotidienne. L’artiste à ainsi su faire de ses défauts une force créatrice originale. De ses traits parfois peu assurés, sans ossature, le peintre à choisi d’ébouriffer directement son pinceau avec lequel il effleure le papier d’un geste transversal. C’est dans ses plus petits format qu’il excelle par sa spontanéité. L’absence de structure et amplement rattrapée, et même dépassée par une mise en forme originale et par l’application d’un lavis très liquide (et très audacieux).

Sa production picturale peu s’avérée très inconstante. A son paroxysme, sa production atteint une poétique, une sensibilité et un niveau de culture éminemment important. Il s’est également attelé à la gravure de sceaux et à laissé derrière lui des ouvrages historiques et théoriques ainsi qu’une multitude d’articles.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.