Francisco De Zurbaran

peintre espagnol du XVIIème siècle, 1598-1664

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Francisco de Zurbaran

Peinture : 17.900-756.500€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre de Francisco de Zurbaran, nos experts s’en chargent.

Le parcours de Francisco de Zurbaran

Francisco de Zurbaran est né d’un modeste commerçant basque dans un milieu rural. Il entame sa formation dans l’atelier d’un peintre dont l’œuvre est méconnue. Il se marie en 1618 à une femme issue du même milieu modeste. Le couple donne naissance à trois enfants dont l’un d’entre eux, Juan, pratiquera également la peinture. Cette période provinciale est à ce jour peu sourcée, mais suite au succès des œuvres qu’il y réalise, les dominicains de Séville lui passent commande en 1626 pour une série de vingt et une toiles. Il reçoit le même la même commande de la part d’un autre couvent deux ans plus tard et se voie sommer par le conseil municipal de Seville de venir s’installer dans la ville afin d’y exercer son art. Lorsqu’il achève la commande la Nature Morte de la collection Contini Bonacossi à Florence et le cycle de chartreuse de Cuevas, son talent prend une toute nouvelle ampleur. Peignant dorénavant pour la couronne d’Espagne, plusieurs chef d’œuvre tels que le Secours de Cadiz ainsi que la série des Travaux d’Hercule, puis les peintures des cycles pour les chartreux de Jérez de la Frontena ainsi que pour les hiéronymites de Guadalupe, entre 1636 et 1639.

Mutation politique et crise personnelle

Après 1940, Francisco de Zurbaran change de format et réalise des peintures de taille plus modeste. Il traverse alors une crise intime, se remariant pour la troisième fois avec une veuve de vingt huit ans et s’attriste de voir l’Espagne peiné à s’unir, en plus d’essuyer des défaites à l’international jusque dans les années 1650. Le goût change également et devient plus accessible, les sujets plus aimables.

Psychologisation de peintures

Même si le peintre à réalisé de grands cycles, mythologiques et historiques, il reste avant tout un portraitiste, même si cela ne transparaît pas nécessairement à travers les commandes qui lui sont faites. Pour autant, il représente constamment dans ses toiles la part psychologique des personnes. Même lorsqu’il peint ses natures mortes, les éléments représentés ont une individualité propre.

Cette individualisation aurait même virée à l’auto portrait. Dans un des Christ qu’à peint l’artiste, celui du musée du Prado représente une iconographie très rarement représentée par les artistes espagnols : un homme au pied de la croix. Cet individus qui représente probablement saint Luc pourrait avoir été représenté avec le visages de Francisco de Zurbaran, dont aucunes aucune effigie n’a cependant été attestée. Il n’en reste pas moins que ce genre d’autoportrait était relativement courant à cette époque.

Francisco de Zurbaran apportait également un réalisme saisissant dans la réalisation des accoutrements de l’époque et représente un aperçu fiable du goût de son temps.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.