Eugène Buland

peintre français du XIX-XXème siècle , 1852-1927

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, prix et estimation de l’artiste Eugène Buland

Peinture : 600-55.000€

Dessin : 1.000-3.500€

Estampe : 60€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’Eugène Buland, nos experts s’en chargent.

La formation d’Eugène Buland

Eugène Buland est un peintre français né le 26 octobre 1852 et mort le 18 mars 1927 à Charly-sur-Marne. Son père ainsi que son frère Jean-Emile Buland sont graveurs, ce dernier devient d’ailleurs lauréat du prix de Rome en 1880.

En 1869, Eugène est accepté à l’école des Beaux-Arts de Paris dans la section peinture et étudie auprès d’Alexandre Cabanel.

Eugène Buland, un peintre réaliste

Ses premières œuvres sont marquées par un style symboliste et représentent des scènes antiques. Mais Buland est l’héritier d’une génération de grands peintres réalistes tels que Courbet et sa peinture s’oriente rapidement vers la reproduction de scènes quotidiennes ou de scènes d’églises. L’artiste s’inscrit bientôt dans le mouvement naturaliste.

Afin de peindre avec le plus de réalisme possible, il se sert de photographies. Ceci est particulièrement perceptible dans son tableau intitulé Bretons en prière ou Visite à la Vierge de Bénodet qui est troublant de par sa précision, à tel point que l’on pourrait facilement parler d’hyperréalisme.

Pour atteindre ce résultat, Eugène Buland ne néglige aucun aspect des physionomies ou des costumes de ses personnages et peint les plus infinis détails avec minutie. L’impression de ressemblance provient également du travail qu’il réalise sur la lumière qui vient baigner les personnages. Les lieux qu’il dépeint sont fidèlement reproduits, l’artiste allant jusqu’à retranscrire le moindre élément architectural ou mobilier, la moindre porosité de la pierre. C’est enfin la composition du tableau, simple et forte qui achève de rendre cette impression de réalisme.

Eugène Buland, un artiste oublié

En 1873 il expose au Salon des artistes français et reçoit des médailles à plusieurs reprises. Il obtient le second grand prix de Rome en 1878 et 1879 et malgré cinq tentatives, il ne remportera jamais le premier prix. Il se fait décorer de la Légion d’honneur en 1894.

De grandes institutions lui passent des commandes. C’est notamment le cas du musée du Luxembourg ou l’Hôtel de ville de Paris qui lui commande la décoration d’un pilier du Salon des Sciences. Il décore également le plafond de la mairie de Château Thierry en réalisant un ciel peuplé d’Amours qui jouent avec des guirlandes de fleurs.

Malgré toutes ces récompenses de son vivant, Eugène Buland a sombré dans l’oubli et l’on ne recense de lui qu’une quinzaine de toiles. Entre 2008 et 2009, quatre musées (Carcassonne, Chartres, Charleville-Mézières et Quimper) se sont associés pour organiser une exposition sur lui.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.