Edouard Vuillard

peintre français du XIX-XXème siècle , 1868-1941

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Cote, prix et estimation de l’artiste Édouard Vuillard

Peinture : 5.000-13.200.000 €

Dessin : 200-200.000

Estampe : 60-22.700 €

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’Édouard Vuillard, nos experts s’en chargent.

Des inspirations diverses

Edouard Vuillard est un artiste né en 1868. Jusqu’en 1890, l’œuvre du peintre est marquée par un réalisme et une sobriété qui laisse soudainement place à des représentations irréelles, s’inspirant de l’école de Pont-Aven et du « synthétisme » qu’ils appliquent à la couleur. Il s’inspire également pendant une courte période de la définition de ce que doit être un tableau selon Maurice Denis, c’est-à-dire une : « surface plane, recouverte de couleurs en un certain ordre assemblé. » On sent également dans son travail un certain lien avec l’expressionnisme de Toulouse Lautrec et du pointillisme néo-impressionnistes. On retrouve ces mêmes influences avant-gardistes dans le groupe des nabis auquel il appartient. Les sujets qu’il peint, parfois inspirés par ceux de Lautrec, comportent essentiellement des scènes du quotidien de Vuillard (Misia au piano)

Influence nabis et style propre

Après cette période de recherches, Vuillard opte pour une certaine harmonisation de ses toiles, par rapport à l’étrangeté qui a pu paraître lors de ses expérimentations. Les influences nabis y crée une atmosphère chaleureuse, presque cotonneuse.

Dans les très nombreux petits formats qu’il produit avant 1900, la multitude de détails harmonieusement composés sont tributaire de la création de décors d’appartement effectués par les nabis, comme ceux réalisés pour Claude Anet en 1898, montrant ainsi l’alchimie entre le goût pour la simplicité de ce groupe et le sens du détail foisonnant de Vuillard.

L’évolution du style de ce dernier est également marquée par l’estampe, de style européen et japonais.

Vuillard « Peintre de la réalité »

Riches de ses expériences, notamment au sein du groupe nabi, Vuillard s’adonne à sa réputation de « peintre de la réalité » dans un contexte ou les membres et amis de la Revue Blanche à laquelle il appartenant se dispersent, en même temps qu’il accède à un milieu matérialiste et riche grâce à la femme d’un marchand de tableaux, Mme Hessel qu’il rencontra en 1900. Il évoque parfois l’impressionnisme (Femme en bleu à son secrétaire.) Dont il maîtrise parfaitement les codes après 1900. Ses préoccupations réalistes l’emportent face au décoratif.

Dans les années 1910, le peintre essaie de styliser un peu plus son travail impressionniste, mais se retrouve parfois bloqué entre ses envies de grands formats et la finesse des détails qu’il veut représenter.

Son œuvre ne contribue pas à apporter de nouvelles formes, mais respecte la tradition et se situe à contre-courant de l’époque des révolutions picturales dans laquelle il s’inscrit.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.