Antoine Van Dyck

peintre hollandais du XVIIème , 1599-1641

Vous avez des questions ?

Direct estimations

01 82 28 48 40

Côte, estimation et prix de l’artiste Antoine Van Dyck

Peinture: 10.500-1.600.000€

Dessin: 11.400-44.500€

Estampe: 100-19.300€

Si vous souhaitez faire estimer une œuvre d’Antoine Van Dyck, nos experts s’en chargent.

L’héritage de Rubens, influence et prise de distance.

Van Dyck né à Anvers au sein d’une pieuse famille de marchands. Précoce, il s’inscrit en 1609, agé de dix ans, comme apprenti chez un peintre maniériste de l’époque. Il quitte le foyer familial en 1616 et rejoint la guilde de saint Luc d’Anvers en tant que maître en 1618. Rubens parle de lui comme étant son meilleur disciple. Ils collaborent très étroitement jusqu’en 1621, notamment lors de la réalisation des plafonds de l’église des Jésuites d’Anvers. Il part en Italie cette même année, à Gêne puis à Rome en 1922 puis dans d’autres régions d’Italie.

Contrairement à ce que l’on pourrait attendre, les peintures qu’il réalise entre 1618-1621 s’éloigne du style de Rubens par une provocation ainsi qu’une violence toute personnelle : Le martyre de Saint Sébastien ou encore la série des Têtes d’apôtres. Il arrive que certaines des œuvres qu’il produit à cette époque soient confondues avec celles de Jordaens et Rubens. Sans pour autant se laisser submergé par l’influence de ce dernier, Dyck arrive toute fois à s’inspirer de certaines de ses caractéristiques telle que la monumentalité et l’éloquence, comme en témoigne son Arrestation du Christ.

Période italienne et anversoise

Lors de sa période Italienne, de 1622 à 1927, Dyck est grandement influencé pars les peintres vénitiens et Titien. Il y adopte un style plus apaisé. Il produit à cette époque de nombreuse Vierge à l’enfant emprunt d’une grande délicatesse. Il réalise de nombreux portraits aux mise en scène monumentales, à l’image des portraits réalisés par Rubens à le même époque. C’est en Sicile qu’il peint son célèbre tableau de Sainte Rosalie de 1924.

Il retourne a Anvers en 1927 et continue a peindre des portraits ainsi que des œuvres pour les églises, avec notamment la toile de l’infante Isabelle (1628) , extase de saint Augustin 1628, kes époux Stevens 1627-1628.

Période anglaise de 1632 à 1641

Van Dyck finit par s’installer définitivement en Angleterre à la demande de Charles Ier, dont il est le peintre officiel et qui le couvre de récompenses.

Son atelier lui permet de réaliser de majestueux portraits d’apparat de la famille royale et de l’aristocratie. Honneur jusqu’ici seulement accordé à Rubens, Dyck est nommé doyen d’honneur de la guilde des peintres d’Anvers en octobre 1634. Il s’installe à Londres en 1635 et y épouse en 1639 une dame de compagnie de la reine.

En 1640, l’artiste chercher à fuir l’Angleterre à cause de la guerre civile en préparation. Après une période ou il est difficile de savoir ou se trouvait vraiment Van Dyck, on retrouve définitivement ses traces à Anvers en octobre 1641, année durant laquelle l’artiste est tomber sérieusement malade. Lorsqu’il séjourne à Paris, il retombe malade et ne peut réaliser le portrait de Richelieu. Il décide par la suite de rentrer en Angleterre ou il meurt.

Les artistes qui pourraient vous intéresser

Newsletter

Suivez toute l’actualité de Direct Estimation en vous abonnant à notre newsletter, et recevez chaque fois toutes les nouvelles de notre activité.